Autour de 1921, événements culturels, artistiques et industriels foisonnent. C’est le contexte euphorique et créatif dans lequel la parfumerie prend un envol spectaculaire. Retour sur une année charnière marquée par trois parfums mythiques : N°5 de Chanel, Emeraude de François Coty et Habanita de la maison Molinard.

Le contexte inventif des Années 20 est marqué par le mouvement d’avant-garde artistique mondialement visible. Les bouleversements sont aussi scientifiques : les bien sont fabriqués en série; voitures, avions, téléphones abrègent les distance, la vitesse est synonyme de plaisir. La revue “L’esprit Nouveau” créée par Le Corbusier présente les beaux arts et l’industrie dans toutes leurs formes esthétiques : décoration, cinéma, music-hall, musique, ballets, sciences sociales, théâtre sont en rupture avec l’attachement au réalisme ambiant.

La littérature aussi s’engage, avec Cocteau et Reverdy. L’abstraction révolutionne l’art  : en peinture, avec Mondrian qui présente ses compositions colorées : ses lignes noires entrecroisées ne laissent pas indifférents. Anatole France reçoit le prix Nobel de Littérature.

Découverte de la tombe de Toutankhamon dans la vallée des Rois par Howard Carter en Egypte; les thèmes égyptiens inspirent les parfums et la mode.

En musique avec Stravinsky et sa composition “Les cinq doigts” par exemple. Les Ballets russes n’en finissent plus d’électriser le tout-Paris qui admire les déhanchements sensuels de Vaslav Nijinski et de ses danseurs dans l’Après-midi d’un faune ou dans le Sacre du printemps. Erik Satie compose le ballet Parade sur un poème de Jean Cocteau; les décors, le rideau de scène et les costumes sont réalisés par Picasso.

Claude Debussy fait danser la mer tandis que Schöenberg invite les mélomanes à suivre son Pierrot lunaire dans une composition d’une modernité très audacieuse.

En couture, une nouvelle élégance révèle la femme : raffinement, matières, radicalité, robes raccourcies présentent la femme sous un nouveau jour. 

Le jazz fait danser les noctambules à la recherche d’intenses plaisirs. La chanteuse et danseuse américaine, Joséphine Baker, arrive à Paris et enflamme le théâtre des Champs-Elysées. On se déplace vite et loin grâce aux automobiles qui sillonnent les mers et abolissent les distances. George Gershwin, musicien américain, compose Rhapsody in blue (1924)

Jeanne Lanvin lance son parfum Arpège (1927).

L’américaine Gertrude Ederle traverse la Manche à la nage en un peu plus de 14 heures (1926). Le Train Bleu est inauguré (1929): il circule la nuit de Paris à Nice.