Intergénérationnel : faisons de nos différences  des opportunités

Table ronde de Pf Au féminin, réseau de femmes cadres de BNPP PF

« Confiance, transparence, reconnaissance, donner du sens » : ces mots sont dits avec conviction et enthousiasme par Céline Parsoud, 29 ans, jeune femme engagée pour « plus d’humain et d’égalité en entreprise ». Car telle est la mission que semble s’être donnée cette digital native, fervente militante de renouveau » aussi bien en entreprise que dans la société civile.

Objectif : « redéfinir les codes de notre monde, bousculer les stéréotypes »

Comment ? Ambitieuse et volontaire, Céline a créé son cabinet de conseil aux organisations – Gender Busters – pour les accompagner à franchir le dernier kilomètre vers l’égalité F/H. Au sein de l’association Women’Up dont elle est présidente, elle s’investit pour faire voler en éclats les a priori sur les jeunes générations et la mixité. Pour elle, les deux sujets sont intimement liés. Elle en est persuadée depuis longtemps. « Ma génération a été bercée par des icônes de femmes combatives. Aujourd’hui, mon engagement correspond à une volonté de prendre nos responsabilités et de tout faire pour changer le monde ».

« C’est en observant la manière dont on travaillait au sein du grand groupe dans lequel j’ai évolué, mais aussi au sein d’autres entreprises comparables, que j’ai pris du recul, raconte Céline. J’ai constaté les frustrations vécues par la génération d’au-dessus : crainte de se lancer dans différents projets, peu de temps pour soi, poids des responsabilités, manque de reconnaissance, etc. »

Aujourd’hui à son compte et engagée auprès des entreprises, elle milite pour « permettre aux attentes de chacun de se reconnecter, aux générations de trouver un équilibre au travail, de se recentrer sur l’humain, sur le savoir-être plus que sur le savoir-faire. Apprendre, enrichir ses connaissances et son savoir, est aujourd’hui très accessible grâce au digital. En revanche, poursuit Céline, ce qu’Internet ne permet pas c’est d’installer de vraies relations de transmission et de confiance. Il faut aller plus loin ».

Pour cela, vive la créativité, l’audace et l’ambition. La jeune femme n’en manque pas, habitée « par un fort sens de la justice », admiratrice de Simone de Beauvoir (une évidence), de Beyonce (« dont je partage les messages et les valeurs ») comme de Wonder Woman (« parce qu’elle est la seule super-héroïne de grande envergure pour les femmes ») ! Portée par sa devise « A cœur vaillant, rien d’impossible » elle se voit même rentrer en politique : « Si j’étais Présidente, je commencerai par revoir l’éducation. Toute l’école est à refaire … »

En attendant, elle poursuit sa croisade pour un nouveau féminisme partagé par toutes les générations qui aspirent à un monde meilleur. Avec toujours en tête, l’équilibre de vie, grâce au sport (elle pratique la boxe anglaise et la danse), à ses indispensables amitiés et au temps libre « pour s’aérer et se déconnecter », et mieux repartir.