Intergénérationnel : faisons de nos différences

des opportunités

Table ronde de Pf Au féminin, réseau de femmes cadres de BNPP PF

« Chacun a des talents, c’est une question de place ». Forte de cette conviction, Nelly Dubout, 39 ans, a « créé son job » et ne le regrette pas. Convaincue que la première des valeurs en entreprise est la ressource humaine, elle a décidé de la mettre au cœur de son métier.

Après 15 ans passés dans de grandes organisations IT à « évoluer jusqu’à atteindre le plafond de verre » elle a décidé de se mettre à son compte en créant son cabinet Birds Conseil.

 Décider, organiser, choisir, elle préfère : entourée de 10 collaborateurs et de près de 80 consultants, elle accompagne la transformation des entreprises qui en ont la volonté. Cela passe par le consulting et le coaching des organisations et comités de direction sur le Business Model Cloud.

Et surtout et aussi par l’étude des pratiques managériales en terme de mixité et d’inter-génération. Consciente que l’arrivée d’une nouvelle génération dans une entreprise « provoque des frictions avec celles déjà installées », elle en rappelle l’une des principales raisons : « ces nouveaux entrants sur le marché du travail ont grandi à l’époque des plus grande mutations sociales et surtout technologiques. Ils ont grand avec les ordinateurs et Internet ».

Loin d’être un obstacle, ces différences intergénérationelles doivent être un atout : mieux comprendre les génération, X, Y ou encore Z permet de « développer les bonnes postures managériales en entreprise. Parmi elles : – stimuler les équipes – Impliquer toutes les génération – Privilégier le networking ».

D’ailleurs au sein de Birds Conseil, ce sujet est vécu au quotidien : « Entre nos stagiaires, jeunes diplômés de la génération Y et nos experts de 45/50 ans, les débats vont bon train sur ce thème. Nos différences de points de vue sont échangées. Nos points communs aussi ; notre mode de fonctionnement est très collaboratif, dans un esprit d’ouverture et de respect. Le talent de chacun contribue à construire l’édifice dans une intelligence collective ».

Idées qu’elle souhaite insuffler chez ses clients, non sans mal, quand elle constate « le poids de la hiérarchie et le manque de communication en interne. 60% des salariés se disent « désengagés de leur entreprise » (enquête Malakoff Médéric avec la société d’étude Sociovision) rappelle Nelly. Loin d’être pessimiste, elle observe aussi «  que ces mêmes entreprises ne font par rêver la génération Y. Pour être motivée elle a besoin d’être impliquée, souligne-t-elle. Du coup, il n’y a jamais eu autant de free-lance et de jeunes entrepreneurs qui se lancent à leur compte ».

Elle cite dans le même temps des exemples d’entreprises dans lesquelles la volonté de transformation se traduit en actes. « Le Groupe La Poste met beaucoup d’énergie à se repenser de façon positive ; la compagnie CNP a pris des initiatives dans ce sens et nous les accompagnons avec des ateliers visant à développer les compétence digitales de chaque collaborateur ».

Car l’une des clés de réussite pour transformer les mentalités « c’est la créativité ». Nelly n’en manque pas. Un de ses rêves serait de « créer l’entreprise de demain, où chacun serait passionné, acteur et responsable ».

Un jour … peut être, son rêve deviendra réalité. En attendant, elle puise son énergie en passant le plus de temps possible avec ses garçons de 7 ans et 9 ans, quand elle ne suit pas ses séances de Pilates « pour se ressourcer ». Et de retour au bureau, partage ses nouvelles idées avec toujours en leur cœur, la « ressource humaine »…