Vers une reconnaissance des “paysages olfactifs et poétiques de lavandes” . Avec ce titre, un de mes posts parus sur LinkedIn début juillet a généré près de 10 000 vues. Un joli score pour un sujet qui plait, qui touche, qui préoccupe.
Car le fond du sujet est la survie des champs de lavande et leur usages en cosmétiques et parfumerie via leurs huiles essentielles. C’est désormais officiel : le travail de reconnaissance des “paysages olfactifs et poétiques de lavandes” au patrimoine mondial de l’Unesco est lancé.
Une journée itinérante de lancement à travers la Drôme, le Vaucluse et les Alpes de Haute-Provence et leurs paysages si emblématiques de lavande et lavandin a marqué l’événement.
4 structures sont à l’initiative de cette candidature : le CPPARM, l’Université Européenne des Saveurs & des Senteurs, PPAM de France et la commanderie de la lavande.

Ce projet mobilise l’ensemble des producteurs, des nombreux élus, représentants des départements et organismes de la filière qui apportent leur soutien à la démarche. Toutes les entreprises, acteurs du territoire, du tourisme, de l’apiculture, de la

champ de lavande 1

parfumerie, sont invités à rejoindre le collectif pour créer le dossier de candidature. La filière parfum est impliquée et concernée comme en témoignent les nombreuses créations aux senteurs de lavande.”

Quels enjeux pour la lavande et la parfumerie ?

Les huiles essentielles et les produits naturels risquent de disparaître des produits de grande consommation (cosmétiques, parfums, lessives etc.) en raison de nouvelles réglementations inadaptées aux produits naturels et imposées par l’Europe. Avec pour conséquence directe, la disparition des champs de lavande et de l’agriculture traditionnelle dans le sud de la France.

Les lavandiculteurs alertent l’opinion publique avec des panneaux « LAVANDES EN DANGER / CESSATION D’ACTIVITÉ » et une pétition citoyenne car la disparition des huiles essentielles signifie avant tout la disparition de leurs métiers et des champs de lavande. Les agriculteurs demandent une approche spécifique et adaptée aux huiles essentielles et globalement aux produits naturels, qui garantissent la protection du consommateur et de l’environnement.

En route pour l’UNESCO

Dans le même temps, la question circule : “Les champs de lavande bientôt au patrimoine mondial de l’Unesco ?”

C’est ce que souhaite l’ensemble de la filière de production qui a officiellement demandé l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco « des paysages olfactifs et poétiques de lavandes ».
Mais il faudra être patient et plusieurs années avant d’y parvenir. La filière est patiente.
La démarche est portée par une association qui regroupe l’UESS (Université européenne des senteurs et saveurs), le syndicat national de la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM de France) et la Commanderie des lavandes.
La candidature est incarnée par trois départements producteurs de lavande et lavandin : les Alpes-de-Haute-Provence, la Drôme et le Vaucluse. Francis Vidal, Grand maître de la commanderie de la lavande de Haute-Provence a récemment déclaré à BFM DICI que le classement de la plante au patrimoine de l’Unesco ferait office d’« assurance vie » aux yeux des producteurs locaux.
Il a notamment affirmé : « Parce qu’à partir du moment où un patrimoine est classé, personne ne voudra le voir disparaître, et donc tout sera mis en œuvre pour le conserver et venir en aide autant que possible à nos producteurs ».
La lavande est aussi racontée dans l’article très complet ici

La Lavande au coeur de nos vies

Elle concerne une production vieille de 2 000 ans qui enchante toujours les habitants des départements cultivés et les touristes qui viennent chaque année admirer les senteurs et les couleurs des champs de lavande.
Comme on le sait, la jolie plante violette est principalement utilisée dans la fabrication de parfums et d’huile essentielles.
Ses vertus sont indéniables. Par exemple, la lavande fine est un remarquable rééquilibrant nerveux, antispasmodique puissant, antidouleurs (antalgique), calmant, relaxant, sédatif, anti-dépressif, tonicardiaque et hypotensif. C’est aussi un grand cicatrisant et régénérateur de la peau, désinfectant général, c’est une huile majeure.
A découvrir en particulier avec la marque @Géodora dont les huiles essentielles et les savons parfumés ravissent les sens, le corps et l’âme.
Géodora a pour ambition de “créer du beau, et faire du bien. Son nom signifie « Le cadeau de la terre » en hommage aux merveilles olfactives que nous offre généreusement la nature. Geodora propose des parfums de peau d’une qualité exceptionnelle, conçus et réalisés en Pays de Grasse par un créateur de parfums passionné, Gérard Gatti.
Des parfums rares qui font une large place au naturel et qui offrent une tenue sur la peau et un sillage irréprochables.
Retrouvons aussi le roman du parfumeur dans l’article ci joint : https://www.dunmotalautre.com/le-parfumeur-aventurier/