1921 : Emeraude, dit parfum précieux, un ambré doux, sort en France, aux Etats-Unis et en Angleterre et marque les esprits et les coeurs : la sensation de fraicheur y est délibérément simple. La femme de Jacques Guerlain l’adopta sans hésiter… ce qui incita son époux à créer Shalimar. Retour sur un parfum emblématique.

Toute sa vie, François Coty a repris le thème de la note vanille dont l’aboutissement est Emeraude, un subtil oriental dans lequel il a trouvé un parfait équilibre entre la note poudrée, la note florale et la note hespéridée, soulignées par les traditionnelles infusions animales de l’époque.

Cette année sera marquée par deux événements incontournables pour l’Association François Coty et la Cité des Parfums qui célébreront distinctement le Centenaire d‘Emeraude et le Prix François Coty.

Dans ce parfum oriental doux, sorti la même année que le N°5 de Chanel, on y découvre les notes de tête d’orange, citron et bergamotes suivies de notes de bois de rose, jasmin, rose et ylan-ylang et et de notes de fond ambrées, opoponax, santal, vanille, benjoin et patchouli.

« Trois choses rendent Émeraude unique : d’abord, la note fraîche et mentholée ne s’estompe pas, mais accompagne l’accord oriental opulent tout au long du parcours.

Ensuite, et c’est là que le véritable génie de Coty se manifeste, la sensation de fraîcheur est délibérément simple, presque chimique, comme purifiant sur la riche texture de fond.

Troisièmement, les deux temps du parfum sont si délicatement combinés qu’ils forment une seule tonalité transparente profondément saturée, moins une émeraude comme son nom l’indiquerait, que la lumière verte de tribord d’un navire qui passe dans l’obscurité”. (in Perfumes The Guide)

C’est avec Émeraude que Coty introduit le vaporisateur de voyage

Découvrez l’épopée de François Coty racontée par Véronique Coty sur le podcast dans ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=hAOap_6rTF8&t=6s